Constance
Le 10 octobre 2018
Constance

Open Source : quelques notions à savoir

Tout comme Amazon, Google ou Facebook, la majeure partie des entreprises utilisent des logiciels Open Source. Le principal atout c’est d’offrir la possibilité de travailler avec des pairs, de mutualiser des outils, et de partager des connaissances sur un projet. Il s’agit de développer l’innovation collaborative. Dans cet article on vous dévoile quelques notions clés de l’Open Source.

Open Source : quelques notions à savoir

Définition

On parle d’Open Source lorsque le code d’une application est mis à disposition à toute personne qui souhaite en bénéficier ou y contribuer. Il s’agit de garantir une amélioration continue du système (ajout de fonctionnalités, correction des bugs, garantir un maximum de qualité et de sécurité). 

Néanmoins, il faut bien distinguer deux notions lorsqu’on parle d’Open Source : 

1. Le logiciel libre (Free Software)

En 1984, Richard Stallman crée le GNU/Linux et la Free Software Foundation. L’objectif est de proposer un système d’exploitation ouvert à la communauté des développeurs. Il est donc possible d’étudier, d’utiliser et de modifier librement ce logiciel. 

2. L’Open Source

Plus tard, en 1998, Eric Raymond a créé l’Open Source Initiative pour promouvoir les logiciels Open Source. Il s’agit avant toute chose d’une méthode de développement

La différence entre les deux concepts

Ces deux notions sont très similaires mais elles ont des enjeux très différents. 

L’ambition du logiciel libre réside dans protection de la liberté des utilisateurs. Il est possible de l’étudier, de l’utiliser, de le modifier ou d’en distribuer des copies (modifiées ou non). 

"Think of free speech, not free beer"

Cette citation représente l’essence même du logiciel libre : la liberté d’expression n’est pas uniquement une entrée libre. Il s’agit de véhiculer des valeurs telles que le partage ou la coopération, fondement de la solidarité sociale


L’approche de l’Open Source est différente. Elle se concentre sur des pratiques pour optimiser des performances plutôt que de servir une problématique éthique. 

Presque tous les logiciels Open Source sont des logiciels libres à quelques exceptions près : 

  • Certaines licences sont restreintes ; à l’instar de Open Watcom qui ne permet pas une utilisation modifiée de son programme. 
  • Sur Android ou iOS, il est difficilement (voire impossible sur iOS) d’installer une application qui n’est pas signée par un développeur agréé. 

Pourquoi utiliser ou créer une solution Open Source ? 

Il existe actuellement des millions de projets Open Source. La plateforme la plus utilisée actuellement pour rendre accessibles ces projets c’est GitHub qui compte plus de 24 millions de développeurs (à savoir que Github a été récemment racheté par Microsoft). Nous avons identifié 4 principales raisons d’utiliser ou de créer une solution Open Source : 

1. Tout d’abord, grâce à ce système d’Open Source, il est possible d’utiliser des briques déjà existantes : pas besoin de réinventer la roue. On gagne en temps, en efficacité, en qualité, et en sécurité car déjà de nombreuses personnes ont travaillé sur ces briques. 

2.La plupart du temps, les solutions Open Source sont gratuites, ce qui permet encore une fois d’optimiser les coûts d’investissement.   

3. Dans le domaine de l’IoT en particulier, il faut que la solution soit compatible à de multiples supports. Pour cela, l’Open Source promeut d’utiliser, d’implémenter et de respecter des standards ouverts, ce qui facilite le développement.

4. Si vous envisagez un projet complexe, qui nécessite des évolutions rapides ou des développements coûteux, l’Open Source permet de le mutualiser avec d’autres acteurs. Comme exemple, on peut citer OpenStack, infrastructures de cloud computing Open Source, qui était financé à l’origine par la Nasa. 


Le saviez-vous ? 

  • Vous connaissez tous le célèbre hashtag (#) qui défile sur les réseaux sociaux ? Et bien il s’agit d’un pur produit Open Source, lancé en 2007 par Chris Messina. Le fait de ne pas avoir breveté cette idée vous permet aujourd’hui d’utiliser ce symbole dans vos publications Facebook, Twitter, Instagram…
  • Il existe un ‘Cola Open Source’ qui permet de produire une boisson à base de cola grâce à une recette publique. 
  • En Californie, il est impossible aux agriculteurs d’accéder, de modifier ou de partager le code source de leurs matériels. Ils sont dépendants du lobby qui perfectionne leur logiciel pour empêcher les agriculteurs de réparer et maintenir leur outil de travail. 

Conclusion

L’univers des applications n’est néanmoins pas coupé en deux ; il n’y a pas les logiciels propriétaires d’un côté et d’Open Source de l’autre. Il existe toutes sortes de combinaisons ; l’important c’est de bien définir les conditions dans les licenses pour trouver le meilleur consensus en termes de qualité, de sécurité, d’innovation, et de business. On peut prendre l’exemple de Sketch, logiciel de design payant sur lequel on peut implémenter de plugins ouverts. 

Si le sujet vous intéresse, on vous invite à regarder l’événement Hackoberfest, organisé par Digital Ocean, Github et Twilio. Les 500 000 premiers qui auront fait 5 pull requests sur un projet open source pourront gagner un T-shirt.  

Sources :
  • https://www.gnu.org/philosophy/open-source-misses-the-point.fr.html 
  • https://www.welcometothejungle.co/articles/focus-sur-l-opensource-l-essentiel-a-savoir
  • https://octoverse.github.com/ 
  • https://medium.com/epidemium/open-science-entreprises-communaut%C3%A9-eb46cf668fc3
  • https://www.journaldunet.com/solutions/expert/62528/l-open-source--toujours-des-lacunes-en-securite.shtml 
  • https://en.wikipedia.org/wiki/Open-source_cola
  • https://www.wired.com/story/john-deere-farmers-right-to-repair/