Marc-Antoine
Le 17 octobre 2016
Marc-Antoine

L’entreprise Symphonique

La symphonie est l’art du jeu en harmonie pour donner le meilleur collectivement d’une partition individuelle. C’est une performance collective très organisée.

L’entreprise Symphonique

Entreprendre, c’est avant tout une aventure humaine. Avec soi-même pour commencer, mais aussi avec ses associés, avec ses clients, et bien sûr avec l’équipe que l’on construit.

Depuis la création de Tymate, la constitution d’une équipe à la fois passionnée, performante et évolutive —tant sur le plan des expertises que dans son organisation au rythme de notre croissance— est un de nos leitmotiv. Notre finalité est de limiter les rapports hiérarchiques verticaux à la faveur d’un fonctionnement collaboratif horizontal, moins “postuel”, qui s’appuie sur des valeurs d’excellence, de transparence, de progression individuelle et collective. Une culture qui favorise la créativité, la transmission des bonnes pratiques et les bonnes relations, tout en étant ultra-compétitif et performant par rapport à la concurrence.

J’ai longtemps cherché un terme adapté à ce mode de fonctionnement que nous ne sommes pas les seuls à mettre en place, avec plus ou moins de réussite, avec plus ou moins de temps.

Pour vous le présenter aujourd’hui en voici le concept : Nous construisons une entreprise symphonique.

L’harmonie et la performance

Mon frère est musicien dans un orchestre symphonique, et j’ai toujours été impressionné par le fonctionnement de ce cortège d’artistes, passionnés par la musique en général et leur instrument en particulier, qui font ensemble ce qu’il serait impossible de réaliser seul : une symphonie musicale.

Chacun y joue sa partition face à un chef gesticulant dont les coups de baguette saccadés semblent extraire le magique pour nous transmettre de l’émotion. En vérité chaque geste, chaque note, chaque son est travaillé, répété, sans cesse amélioré.

La symphonie est l’art du jeu en harmonie et en concordance pour donner le meilleur collectivement d’une partition individuelle. C’est une performance collective très organisée.

Ce qui est impressionnant dans un orchestre symphonique, c’est que sa qualité finale dépend à la fois de facteurs humains basés sur le talent, le travail et la communication, et aussi de facteurs organisationnels puissants qui rendent la structure solide et efficace.

Tous les instrumentistes doivent être bons, passionnés et travailler pour se maintenir au niveau et progresser. Ils doivent aussi savoir s’écouter, communiquer sans cesse, accepter leurs différences de perception et leurs spécificités individuelles. Il y a des instrumentistes, des chefs de pupitres, des solistes, des chefs d’orchestres, des techniciens, des administrateurs… Il y a les percussions, les cuivres, les cordes… Mais ce n’est que l’orchestration des actions de toutes ces individualités qui aboutira à une symphonie digne de ce nom. Et cette orchestration ne dépend pas uniquement de celui qui tient la baguette, chacun doit prendre ses responsabilités pour que l’ensemble devienne symphonique.

Autre aspect important : dans un orchestre symphonique, tout le monde est indispensable mais personne ne doit être irremplaçable. L’orchestre doit pouvoir assurer sa prestation quelque soit la personne qui manque à l’appel et qu’elle qu’en soit la raison. Show must go on depuis Haydn et Beethoven.

Il y a donc l’humain et ses qualités, l’organisation et sa primauté, mais aussi les process : les partitions et la planification.

Les process sont le cheminement vers la représentation, l’écriture de cette collaboration entre des personnes aux compétences, aux personnalités, aux approches différentes. Il n’y a pas de symphonie sans process. La collaboration horizontale nécessite une organisation structurée avec de la méthode, des outils et la mesure de la qualité.

L’entreprise symphonique

  • les instrumentistes sont tous les membres de l’équipe qui peuvent devenir des solistes, des chefs de pupitre, des chefs d’orchestre, des administrateurs ou des techniciens. Ils ont un instrument de prédilection mais aussi la culture de ceux des autres, et parfois il peuvent changer d’instruments.
  • les compositeurs sont les porteurs de projet, ceux qui ont l’idée et souhaitent la mettre en “musique” avec notre entreprise.
  • le public, cesont les clients, les utilisateurs finaux, ils sont exigeants, leur culture musicale est hétéroclite. Mais dans tous les cas ils en veulent pour leur argent.
  • les partitions sont les process et les tableaux de bord, l’organisation qui permet de fixer une coopération optimale et la mesure des facteurs d’avancement et de qualité
  • Les concerts, ce sont les mises en production : le moment où l’on présente le fruit d’un travail collectif ou chacun a apporté son talent
  • le rythme est le temps et il bat comme le cœur d’un système qui est tout sauf uniforme.

Une entreprise symphonique est composée d’artistes de toutes les générations, qui n’entrent pas toujours dans des cases, mais qui peuvent passer de l’une à l’autre en fonction de paramètres contextuels très variés.

Si vous avez du talent, l’esprit d’équipe, le sens des responsabilités, de l’autonomie collective et un bon sens de la communication et de l’organisation, n’hésitez-pas à venir nous rendre visite, pour que l’on continue à construire ensemble notre entreprise symphonique.

Marc-Antoine Navrez (@marcantoinavrez), CEO de Tymate (@tymate)